Sciences - Santé Spécialisée dans les solutions automatisées de diagnostics oncologiques, OncoDNA lance une nouvelle plate-forme, OncoKDM.

OncoDNA est ce qu’on appelle une "pépite", une société dont le positionnement et la compétence lui promettent une belle perspective de croissance, en ce compris à l’international. C’est d’ailleurs dans ce but qu’elle a été l’une des deux premières sociétés à être sélectionnées dans le cadre du programme wallon Digital Wallonia Hub (DW Hub) qui vise à accélérer la croissance à l’international de "champions" et à mettre davantage la recherche dédiée au numérique à leur service.

Spécialité d’OncoDNA ? Les solutions automatisées de diagnostic et de thérapeutique oncologiques via le recours, notamment, à des techniques évoluées d’analyses "big data". Sa dernière solution en date, OncoKDM (Knowledge Driven Medicine), lancée début mai, est une plate-forme Web, proposée en mode SaaS (software as a service). Elle permet aux biologistes moléculaires, aux oncologues ou aux pathologistes d’y charger leurs données (informations génomiques, moléculaires, résultats de tests immuno-histochimiques, tests de labo, données cliniques…). Ses algorithmes, nourris par une base de connaissances en constante augmentation, entrent alors en jeu afin de générer des résultats, des benchmarks, produire des recommandations de traitement personnalisé sous la forme d’un rapport clinique et biologique détaillé. Une sorte de "business intelligence" mise au service de la lutte contre le cancer…

Pour donner à sa solution un potentiel international, OncoDNA a procédé à un projet de R&D afin, notamment, de garantir une efficacité de traitement et d’interprétation des données, de sources et formats disparates. La Région, via le DW Hub, en a financé un peu plus de la moitié (5,2 millions d’euros sur un budget total de 10 millions). Plus de 50 centres de lutte contre le cancer, dans une trentaine de pays européens, sont d’ores et déjà partie prenante à la première phase opérationnelle. Prochaine étape : une diffusion à l’échelle mondiale.

Détail révélateur de l’ambition, le nom de code choisi pour le projet de R&D fut "projet Moncodaneum", par allusion au Mundaneum, à Mons, imaginé par nos compatriotes Paul Otlet et Henri La Fontaine. "Ils rêvaient de doter l’humanité d’un nouvel outil de connaissances : une base de données servant de matrice de références permettant aux scientifiques un accès à l’état de l’art dans leur discipline. De même", explique OncoDNA, "l’ambition du projet Moncodaneum est d’intégrer et d’interpréter toutes les informations générées à partir d’une tumeur, tels que le séquençage ADN, l’analyse de marqueurs tumoraux et l’imagerie, en tenant compte des coûts et des contraintes de temps, d’ergonomie et d’utilité finale pour l’oncologue".