Sciences - Santé

Alli, un médicament favorisant la perte de poids, sera officiellement disponible dès vendredi dans les pharmacies. Il s'agit du premier médicament du genre disponible sans ordonnance. S'il est théoriquement préconisé aux personnes de plus de 18 ans ayant un indice de masse corporelle (IMC) de minimum 28, il sera en pratique disponible pour tous, via internet notamment.

Le médicament promet d'accélérer la perte de poids dans le cadre d'un régime. La substance active d'Alli, l'orlistat, neutralise les lipases, des enzymes qui scindent les graisses en acides gras libres et en monoglycérides, qui sont ensuite absorbés par le corps. En neutralisant ces lipases, l'orlistat empêche l'absorption d'environ 25 pc des graisses alimentaires. Les graisses non digérées sont éliminées par voie naturelle.

Et c'est là que le régime alimentaire prend toute son importance. La prise du médicament doit s'accompagner d'une alimentation pauvre en graisses (maximum 15 grammes par repas) pour être efficace et pour éviter les effets secondaires, comme des "flatulences avec ou sans pertes huileuses, un besoin pressant d'aller à selle, selles grasses, huileuses ou molles, ...", selon la société qui commercialise le médicament.

Bref, "on est contraint d'être soit très discipliné (fini les craquages alimentaires), soit très disponible. Comprendre: jamais loin des toilettes", résume le site français d'information en ligne rue89.com. "Si on suit scrupuleusement le régime, il n'y a pas de problème", rétorque-t-on chez GlaxoSmithKline.

La Belgique est l'un des derniers pays à voir débarquer ce médicament. Et dans les autres pays européens, c'est déjà un succès. "On en vend environ quatre à cinq boîtes par jour et par pharmacie", souligne-t-on chez GSK. Le médicament est préconisé pour les personnes ayant un IMC de 28 minimum et les pharmaciens seront incités à vérifier l'IMC des clients qui leur demandent Alli, ainsi que les autres contre-indications (grossesse, prise d'anti-coagulants, etc.).

Mais en réalité, rien ne pourra empêcher une personne ayant trois kilos à perdre avant les vacances de prendre Alli. "Si on leur refuse le médicament en pharmacie, ces personnes pourront toujours le trouver sur internet", conclut Anne Lecroart, présidente de l'Association pharmaceutique belge (APB).

Test-Achats, l'association de défense des consommateurs, craint également que le médicament soit utilisé "pour perdre rapidement les kilos de l'hiver" et qu'il soit détourné par les jeunes et les personnes souffrant de troubles alimentaires. Test-Santé parlait même de "doigt dans la bouche chimique".