Sciences - Santé

Avec les températures clémentes observées le week-end dernier, des quantités importantes de pollen de bouleau ont été relevées dans l'air, annonce l'Institut de Santé publique (ISP) mercredi dans un communiqué. La saison pollinique du bouleau commence généralement dès la fin mars, mais le temps relativement froid en fin de mois a retardé le développement des chatons et donc la dissémination de leurs grains de pollen dans l'air. "Ces 10 et 11 avril, nous avons respectivement dénombré 102 et 268 grains de pollen de bouleau par mètre cube", précise l'ISP. "Pour la première fois cette année, nous avons donc nettement dépassé le seuil critique des 80 grains par mètre cube d'air."

Une fois ce seuil dépassé, près de 90% des personnes sensibilisées ressentent des symptômes cliniques.

Le pollen de bouleau, de loin le plus allergisant, est souvent le premier à arriver. Les différents graminés viennent ensuite en mai, juin et juillet avant l'armoise, qui clôture la saison vers septembre. Des "spores fongiques" (champignons) allergisants peuvent aussi être présents dans l'air de juillet à septembre, pouvant provoquer des réactions allergiques, rappelle l'ISP.

Une part de 15 à 20% de la population est allergique aux pollens. Le calendrier pollinique est constamment actualisé sur le site www.airallergy.be.