Sciences - Santé Le taux de mortalité du cancer du poumon chez la femme devrait augmenter de 43% d'ici 2030, selon une étude repérée par Paris Match. La principale cause est le fait que les femmes, qui fumaient moins que les hommes au XXe siècle, ont été ciblées par les campagnes de marketing pro-tabac pour changer la donne.

On attend à ce que les pays les plus développés aient les plus hauts taux de mortalités liés à ce type de cancer, particulièrement en Europe et en Asie.

"Il était socialement acceptable pour une femme de fumer en Europe et en Océanie bien avant que l’habitude se répande en Amérique et en Asie, ce qui reflète pourquoi les taux de mortalité liés au cancer du poumon sont plus élevés", dit le docteur Jose Martinez-Sanchez, l'un des auteurs de l'étude faite par l'Université Internationale de Catalogne.

Paradoxe du développement

Dans le même temps, le taux de mortalité du cancer du sein devrait diminuer. Mais les pays en développement voient les habitudes des citoyens et citoyennes changer, adoptant des modes de consommation qui favorise le surpoids, d'autres troubles de santé ainsi que, justement, le cancer du sein.

De plus, les mesures anti-tabac en Occident pourraient changer la donne, ce qui pousse les lobbies du tabac à cibler principalement les pays en voie de développement. Ce qui pourrait donc provoquer une hausse des cancers du poumon dans le monde dans les années à venir.