Sciences - Santé

Que la pollution atmosphérique a un impact notamment sur les maladies cardiovasculaires n'est pas un fait nouveau. Mais que les particules fines et le dioxyde d'azote contenus dans le diesel engendrent un effet presque immédiat sur l'infarctus du myocarde, voilà qui paraît plus surprenant.

C'est en tout cas la conclusion d'une étude réalisée par des chercheurs de la VUB-UZ Brussel, sous la direction du Pr Jean-François Argacha, cardiologue.