Le mécanisme de Brout-Englert-Higgs, voie royale vers un Nobel belge

Belga Publié le - Mis à jour le

Sciences - Santé

Le physicien et professeur de l'ULB François Englert attend "avec une certaine impatience" le séminaire scientifique du Cern mercredi qui pourrait confirmer l'existence du boson de Brout-Englert-Higgs. Le chercheur belge est à l'origine de cette découverte et pourrait dès lors, en cas de confirmation de son existence, entrer en ligne de compte pour l'obtention d'un Prix Nobel.

Le Cern (organisme européen de recherche nucléaire) tient mercredi son séminaire scientifique au cours duquel il pourrait confirmer l'existence du boson de Brout-Englert-Higgs (aussi appelé boson de Higgs ou boson scalaire).

Une découverte qui serait révolutionnaire puisque "toute la physique depuis le début du XXe siècle est basée là-dessus", explique François Englert, physicien belge de l'ULB, qui a proposé avec son confrère aujourd'hui décédé Robert Brout l'existence du mécanisme de Higgs pour expliquer la masse des particules élémentaires. "J'espère bien que cette découverte sera validée mercredi", déclare François Englert. Il avait postulé l'existence de ce mécanisme il y a une cinquantaine d'années.

Les expérience menées depuis 2008 dans le Grand collisioneur de hadrons du Cern devraient permettre de descendre sous le taux de probabilité d'erreur de 0,00003% (ou écart-type de 5 sigmas) et d'avaliser l'existence du boson. Si sa découverte est validée, comme il espère que ce sera le cas, François Englert deviendrait un lauréat potentiel du Prix Nobel de Physique. "Ce sont effectivement ce que disent certaines rumeurs", commente modestement François Englert. "Cela ne me dérangerait pas de le remporter", conclut-il.

Publicité clickBoxBanner