Le mystère des momies composites

L.Be. Publié le - Mis à jour le

Sciences - Santé

Les momies de Cladh Hallan, âgées de plus de 3.000 ans, ont été découvertes il y a une décennie dans un village préhistorique de l'île de South Uist, au large des côtes de l'Ecosse.

Sous des battisses datant du XI siècle avant notre ère, les scientifiques sont tombés nez à nez avec les cadavres d'un homme, d'une femme, d'une adolescente et d'un enfant de trois ans. Grâce à la structure des squelettes et à leur condition de préservation, les archéologues ont pu déterminer la méthode d’embaumement utilisée par les hommes de Cladh Hallan.

Les corps des morts étaient transportés dans les marécages où les habitants les laissaient reposer durant 6 et 18 mois le temps que la momification opère, rapporte National Geographic. Ils revenaient ensuite les chercher pour les laisser sécher et reposer à l'air libre dans l'espoir que ces ancêtres momifiés protègent le village.

Un rite encore mystérieux mais somme toute banal à coté de la découverte faite récemment par les scientifiques. En observant de plus près l'un des squelettes, ils ont en effet découvert que celui-ci était composé de plusieurs cadavres, rapporte LeMonde.fr. A eux deux, l'homme et la femme sont constitués des restes de six individus. Bref, un traitement bien particulier qui suscite la curiosité des archéologues.

Des analyses isotopiques et de pointilleuses recherches sur l'ADN des momies ont mis à jour cette étrange composition digne du Docteur Frankestein. Mais pourquoi avoir fabriqué ces corps ? C'est la question que se posent encore les scientifiques car s'ils ont émis quelques hypothèses (rafistolage ou envie d'unir différents individus de la tribu), le mystère est encore grand.

Publicité clickBoxBanner