Sciences - Santé

Le nombre de nouveaux diagnostics de VIH enregistrés en 2016 s'élève à 915, ce qui correspond à une diminution de 9,8% par rapport à 2015 et à une diminution de 25% par rapport à l'année 2012, indique l'Institut scientifique de santé publique (ISP) dans son rapport annuel publié mercredi. Après une légère hausse observée en 2015, le nombre de nouveaux diagnostics de VIH chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (HSH) est reparti à la baisse en 2016 au niveau national. L'ISP qualifie cette décrue d'"encourageante", même si "la vigilance doit rester de mise". Tous les ans, à l'approche de la Journée mondiale de lutte contre le sida célébrée le 1er décembre, l'ISP publie un rapport sur la situation en Belgique du virus de l'immunodéficience humaine (VIH), le virus qui transmet le sida.

Le VIH touche principalement deux groupes à risque au sein de la population, à savoir les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes et les personnes contaminées par contacts hétérosexuels principalement originaires de pays d'Afrique subsaharienne.

En 2016, une baisse des nouvelles contaminations a été observée au sein de ces deux groupes. "Le nombre de nouvelles infections diagnostiquées chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes a diminué de 8% par rapport à 2015 et de 21% par rapport à 2013, lorsque le pic chez les HSH fut atteint", détaille l'ISP. Les HSH restent toutefois le groupe à risque le plus touché par l'épidémie au sein de la population.

La baisse du nombre de nouveaux diagnostics de VIH parmi les personnes hétérosexuelles provenant d'un pays d'Afrique sub-saharienne s'est quant à elle poursuivie pour la quatrième année consécutive. "Le nombre de nouveaux diagnostics de HIV a baissé de 5% en 2016 par rapport à 2015 et de 41% en comparaison avec 2012", précise l'ISP.

Chez les hétérosexuels belges, par contre, le nombre de nouveaux diagnostics est resté stable au cours de la dernière décennie, avec 104 diagnostics en 2007, 105 en 2015 et 91 en 2016.

La baisse des infections au VIH est, pour l'Institut de santé publique, "un signe encourageant". Mais, "la vigilance reste de mise car le nombre de nouveaux cas de VIH diagnostiqués en Belgique reste globalement élevé", souligne l'ISP.