Sciences - Santé

La ministre des Affaires sociales et de la Santé Maggie De Block souhaite introduire le nutri-score comme label alimentaire en Belgique qui, selon elle, facilitera le choix d'une alimentation saine. "Les consommateurs pourront ainsi obtenir plus facilement des informations leur permettant de savoir dans quelle mesure un aliment fait partie d'une alimentation équilibrée", estime-t-elle.

La France a mis ce système en place l'année dernière, elle est donc devenue le deuxième pays (après le Royaume-Uni) à adopter un système d’étiquetage à logo coloriel.

Le nutri-score est un score global (allant de -15 pour les produits "les plus sains" à +40 pour les produits "les moins sains"). Sur la base de ce score, le produit reçoit une lettre avec le code couleur correspondant : du vert foncé (A) au rouge foncé (F). L'algorithme base duquel le score est calculé tient compte des éléments positifs d'un part (la teneur en fruits, légumes, fibres ou protéines peut améliorer le score) et négatifs d'autre part (la teneur en sucres, en acides gras saturés, en sel et les calories).

Cette démarche s'inscrit dans la continuité des recommandations par divers experts (dont l'OMS) et scientifiques qui préconisent la mise en place d’un système d’information nutritionnelle afin que la qualité nutritionnelle des aliments puisse être facilement prise en compte par les consommateurs au moment de l’achat.

Plusieurs pays ont déjà mis en place un tel système comme le Royaume-Uni, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, le Chili et l’Equateur.


Le nutri-score privilégié en Belgique

La ministre préfère le nutri-score aux autres systèmes car celui-ci a été testé en France, "les tests ont démontré qu’il avait un impact plus important sur le comportement d'achat des consommateurs que d'autres systèmes", explique-t-elle. La démarche restera cependant volontaire, la ministre encourageant l'industrie à s'inscrire dans la démarche.

Les groupes Delhaize et Colruyt avaient déjà annoncé en avril qu'ils souhaitaient eux-aussi introduire le label nutri-score. Les soupes fraîches, les céréales et les plats préparés de la marque Delhaize porteront donc le nutri-score dans les jours à venir. "L'objectif étant de munir tous les produits de marque propre de ce label dans les deux ans", indique la marque au lion. Colruyt de son côté estime qu'il s'agit "d'une nouvelle étape vers une information de produits plus transparente". D'ici fin septembre, ces magasins veulent proposer une dizaine de produits Boni Selection intégrant ce nutri-score sur leurs emballages.

Pour Fevia, la Fédération de l'industrie alimentaire belge, ce système présente des inconvénients. "Le nutri-Score distinguent les produits alimentaires soi-disant sains de ceux soi-disant mauvais pour la santé. Mais ce n’est pas la couleur d’un logo sur un produit alimentaire en particulier qui détermine si le mode de vie est sain ou non. La science nous apprend cependant qu’une alimentation saine et équilibrée se construit au fil des jours et des semaines et dépend des fréquences de consommation, des quantités et du type de produit", réagit le porte-parole, Nicholas Courant.

Les quatre formats graphiques différents:

1. Le nutri-score

Un système à 5 couleurs répartissant les produits en cinq catégories élaborées sur la base d’un score caractérisant la qualité nutritionnelle du produit à partir des teneurs en nutriments majeurs ; les cinq couleurs apparaissent systématiquement sur l’emballage, avec une "loupe", un peu à l’image des diagnostics énergétiques des bâtiments ou des appareils électro-ménagers.

2. Le nutri-repère

Un système, améliorant un système déjà utilisé les "RNJ" (repères nutritionnels journaliers), visualisant la contribution en pourcentage et valeur absolue d’une portion d’aliment aux apports nutritionnels de référence en énergie, matières grasses, acides gras saturés, sucres et sel.

3. Le sens

Un système à 4 couleurs, comportant en outre une indication sur la fréquence de consommation. Il est construit à partir d’une classification réalisée sur la base de la teneur du produit en nutriments majeurs ; chaque produit comprend l’un des quatre visuels.

4. Le Traffic Lights

Un système mis en œuvre au Royaume-Uni depuis plusieurs années, fondé sur une échelle à trois couleurs fournissant la contribution en pourcentage et valeur absolue d’une portion d’aliment aux apports nutritionnels de référence en énergie, sucre, sel, matières grasses et acides gras saturés.