Le système de santé belge souffre d'inégalités sociales

Belga Publié le - Mis à jour le

Sciences - Santé

Les personnes appartenant aux classes sociales défavorisées bénéficient d'une moins bonne santé, selon le rapport "La performance du système de santé belge", réalisé par le Centre Fédéral d'Expertise des Soins de Santé (KCE), l'INAMI et l'Institut Scientifique de Santé Publique (ISP).

Cet état des lieux du système de santé belge, présenté vendredi, révèle également d'importantes différences régionales. Selon le rapport, les catégories sociales moins éduquées souffrent plus souvent de surcharge pondérale, présentent une mortalité infantile plus élevée et mènent un mode de vie moins sain (plus haut taux de tabagisme ou de surcharge pondérale).

Parmi les autres points négatifs du système de santé belge, le rapport signale la prescription trop importante d'antibiotiques, des mammographies hors du groupe cible (les femmes de 50-69 ans), le suivi des patients chroniques trop faible ou encore l'inquiétante augmentation de l'âge moyen des médecins généralistes.

Le système de santé belge comporte également d'importantes différences régionales, selon le KCE. En 2008, la Flandre présentait par exemple de meilleurs chiffres d'activité physique par habitant, et des taux de tabagisme et de suicide moins élevés qu'en Région bruxelloise et en Wallonie.

Mais le rapport souligne également les bonnes performances du système de santé belge, notamment le taux de vaccination chez les enfants, la survie à cinq ans après un cancer du sein et du colon, le relation avec le médecin généraliste ou encore l'utilisation croissante des médicaments bon marché. En 2010, les dépenses de santé en Belgique ont atteint 37 milliards d'euros (10,5% du PIB), soit 3.430 euros par habitant.

Publicité clickBoxBanner