Le vélo néfaste pour le sexe féminin

Jean-Baptiste Marchal Publié le - Mis à jour le

Sciences - Santé Plusieurs études publiées dans le très sérieux Journal of Sexual Medicine mettent en garde contre les dangers du vélo pour les organes sexuels. L’information n’est pas neuve mais une récente étude américaine s’est cette fois focalisée sur les femmes, peut-on lire dans La Dernière Heure.

Une mauvaise position et/ou un mauvais équipement peuvent provoquer des troubles de l’érection chez l’homme. On sait désormais que les femmes ne sont pas mieux loties puisque la pression exercée par la selle engendrerait des troubles au niveau de leurs parties intimes.

La selle et le guidon sont au cœur de ces problèmes. En l’occurrence, un contact prolongé des organes sexuels avec le siège du deux-roues est à l’origine des soucis.

Selon les chercheurs américains, ce contact désensibilise et engourdit les organes génitaux féminins. Comment ? En comprimant les vaisseaux sanguins et les nerfs présents dans cette partie du corps.

la solution est pourtant simple : il suffit de remonter le guidon et de s’équiper correctement. Un guidon plus haut permet à la cycliste de moins se pencher et donc de moins comprimer son anatomie intime. La position de la selle est également importante, elle ne doit être ni trop inclinée vers le haut, ni trop écartée du guidon.

le choix du matériel doit être judicieux. Un cuissard adapté au sport cycliste n’est pas un investissement inutile; porté sans sous-vêtement, il devient un allié précieux contre douleurs et engourdissements.

Quant à la selle, sa forme n’est pas étrangère au confort de la sportive. Cet élément du vélo est fondamental puisqu’il supporte le bassin et donc une bonne partie du poids du corps. Une selle large et au nez court est en principe particulièrement adaptée aux cyclistes de sexe féminin en répartissant mieux la pression.

L’exercice physique reste un élément fondamental pour une vie saine. Avec quelques précautions d’usage, la pratique du vélo doit donc rester synonyme de bonne santé. Et non pas de torture.

Publicité clickBoxBanner