Sciences - Santé

Presque un homme sur trois, dans le monde, décède à la suite d'une maladie cardiovasculaire. En ce 29 septembre, journée mondiale du coeur, revenons sur les cinq maux qui nous frappent en plein palpitant.

1. L'infarctus du myocarde

Qui? Femmes et hommes sont tous les deux frappés par cette maladie, mais les hommes âgés sont les plus vulnérables. Le site Doctissimo, qui n'est pas toujours le plus fiable, propose un test plutôt sérieux, basé sur huit questions.

Quoi? L'infarctus est une interruption de l'irrigation d'une partie du muscle cardiaque, due à un caillot de sang logé dans l'artère coronaire, celle qui nourrit le coeur.

Quand? L'infarctus est un tueur silencieux, car il donne souvent des indices sur son imminence, mais des indices apparemment bénins. Le malade, qui croit être atteint d'une simple indigestion, se rend trop tard à l'hôpital. D'où l'utilité de s'alerter dès que les symptômes se multiplient: une sensation d'oppression au niveau du coeur, qui peut monter jusqu'aux mâchoires, un essouflement, une nausée ou une transpiration soudaines.

Où? Longtemps considéré comme typiquement occidental, l'infarctus frappe aujourd'hui tous les pays. Des avancées considérables permettent cependant de diminuer le nombre de victimes. En Europe, le nombre d'hospitalisations varie entre 90 et 312 par 100.000 habitants par an.

Pourquoi? L'âge, le tabac, le poids, le diabète, le stress au travail, une pression artérielle trop importante sont les causes les plus fréquemment identifiées. Elles sont internes, autrement dit, liées à l'alimentation ou à l'hygiène de vie.


2. L'AVC (accident vasculaire cérébral)

Qui? Les personnes migraineuses, diabétiques, ou atteintes d'un trouble cardiaque sont plus vulnérables. Le risque augmente aussi avec l'âge et le nombre de cas dans la famille.

Quoi? Il s'agit soit d'une ischémie, c'est-à-dire un manque d'afflux sanguin dû à une artère obstruée, soit d'une hémorragie qui se produit dans le cerveau. L'AVC s'en prend à nos neurones, mais il est bien de type vasculaire. C'est la première cause de handicap physique au monde.

Quand? Les AVC ont cette fâcheuse réputation de frapper n'importe quand, sans prévenir. Pourtant, avant de nous emporter, l'AVC laisse souvent plusieurs indices qui peuvent nous mettre la puce à l'oreille. Les muscles du visage qui s'engourdissent? Une soudaine difficulté à articuler? Une vue qui se brouille? Une perte d'équilibre? Il est vrai que le malade doit deviner ce qu'il lui arrive. Or, des étourdissements ou un déséquilibre sont des faiblesses qui se produisent couramment, sans pour autant présager le pire.

Où? Les premières victimes de cette maladie sont occidentales: en Europe et aux Etats-Unis, un individu sur 600 en est atteint chaque année.

Pourquoi? Les causes sont, pour la grande majorité des cas, internes, autrement dit, liées à l'alimentation ou à l'hygiène de vie, mais il n'est pas rare que des individus sportifs et attentifs à leur santé en décèdent. En effet, certains d'entre nous naissent avec cette faiblesse qui, un jour, provoquera l'accident, mais tant que le malade n'a pas passé de scanner intracrânien, il ne peut le savoir.

© Lucien Monfils

3. Les cardiomyopathies

Qui? Une à deux personnes sur mille naissent avec cette anomalie génétique. Les hommes âgés de 20 à 60 ans, diabétiques, alcooliques, consommateurs de cocaïne ou souffrant d'une infection virale sont les plus vulnérables.

Quoi? Dilatées, restrictives, ventriculaires ou hypertrophiques, les cardiomyopathies supposent toutes une hypertrophie plus ou moins grave, c'est-à-dire un grossissement du coeur, ce qui perturbe ses fonctions électriques. Elles peuvent s'aggraver jusqu'à causer une mort subite. Selon le site français de prévention anti-drogues, les cardiomyopathies sont "la cause la plus courante d’arrêt du cœur chez les moins de 30 ans et le principal motif de transplantation cardiaque".

Quand? Les symptômes sont exactement les mêmes que pour l'insuffisance cardiaque: une oppression au niveau du thorax, un rythme cardiaque anormal, un essouflement, un étourdissement, l'accumulation de liquide dans les jambes ou l'abdomen.

Où? C'est un problème mondial, mais les pays les moins développés sont ceux qui comptent le plus de décès.

Pourquoi? Chaque type de cardiomyopathie a ses propres causes, dont les plus importantes sont la consommation de drogues, mais surtout les antécédents familiaux: plus de la moitié des personnes atteintes en ont.

© Blausen.com staff

4. L'insuffisance cardiaque

Qui? L'insuffisance cardiaque touche principalement les individus atteints d'une autre faiblesse cardiaque: troubles coronariens (des artères qui alimentent le coeur), malformations cardiaques ou problème de valves cardiaques. Plus étonnant, les personnes souffrant de maladies pulmonaires chroniques sont aussi concernées.

Quoi? Le coeur est fatigué, usé. Il ne fonctionne plus correctement. Dès lors, le corps n'est plus irrigué comme il le devrait. Contrairement aux autres maladies cardiovasculaires, l'insuffisance est lente et évolue avec le temps. Une classification créée par la New York heart association (NYHA) permet de savoir à quel stade le patient se situe pour lui prodiguer le traitement adapté.

Quand? Les symptômes les plus courants sont un sentiment d'essouflement, de fatigue extrême, une prise anormale de poids et un gonflement des extrémités comme les pieds et les chevilles.

Où? Les pays développés sont les plus touchés par cette maladie dont les causes sont essentiellement internes, dues à l'hygiène de vie.

Pourquoi? Les facteurs les plus importants sont l'hypertension, le tabagisme, l'hyperlipidémie et le diabète. L'alcool en est un autre.

© deuxièmeavis.fr

5. Les troubles du rythme cardiaque

Qui? On entend dire que les grandes personnes sont les plus fragiles. Ce serait vrai, ou du moins, les dernières études influent dans ce sens. Les hommes sont aussi plus enclins à développer ce genre de dysfonctionnement.

Quoi? Ici, pas vraiment besoin d'un dessin: le coeur perd son rythme habituel, on dit qu'il devient non sinusal. Il peut s'emballer (on parle de tachycardie) ou ralentir (on parle de bradycardie).

Quand? Des palpitations, une soudaine perte de connaissance, un trouble de la conscience ou une sensation de choc dans la poitrine sont les alertes les plus courantes.

Où? Parmi les cinq types de problèmes cardiovasculaires, cette maladie est la moins localisable dans le monde, tant elle se déclare pour diverses raisons.

Pourquoi? Les anomalies à l'origine de ces troubles peuvent être provisoires ou durables. Les premières sont, le plus souvent, toxicologiques ou médicamenteuses. Les deuxièmes sont congénitales ou inexpliquées. Finalement, elles sont extrêmement multiples.

© doctorette.info

Les frontières entre ces catégories sont minces et les symptômes similaires. L'OMS rappelle que "cesser de fumer, réduire l’apport en sel dans son alimentation, consommer des fruits et des légumes, pratiquer une activité physique régulière et éviter l’usage nocif de l’alcool permettent de réduire le risque".