Sciences - Santé Une amélioration nette de la qualité de l’air a été enregistrée pendant ce Dimanche sans voiture. De nombreux citoyens demandent aux responsables politiques d’agir plus rapidement contre la pollution. En consultations, les pneumologues observent une hausse importante des troubles respiratoires.

Au lendemain du Dimanche sans voiture, les mesures de la Cellule interrégionale de l’environnement (Celine) sont claires : la qualité de l’air était considérablement meilleure qu’un dimanche ordinaire. "La réduction des émissions polluantes dans les zones libres de tout trafic est visible principalement sur le monoxyde d’azote (NO) et le monoxyde de carbone (CO), explique l’équipe de Celine. Les concentrations de ces polluants dans l’air ambiant sont en effet principalement influencées par les émissions locales." Pour les autres polluants comme les particules fines, malgré des taux relativement bas ce dimanche 17 septembre, les experts interprètent ces résultats avec prudence "notamment en raison du rôle joué par les conditions météorologiques, la chimie des polluants et le transport à grande distance des polluants."

La voie de la justice

Bruxelles débarrassée de sa pollution et de sa congestion automobile ; de nombreux citoyens rêvent que cela n’arrive pas qu’un seul jour par an. Cinq d’entre eux, Karin, Lies, Karen, Cristina et Frédéric, las d’attendre la mise en œuvre des recommandations en matière de lutte contre la pollution ont décidé d’attaquer la région bruxelloise en justice. Soutenus par Client Earth, une organisation d’avocats spécialisée dans les affaires environnementales, ils reprochent à la Région de ne pas agir suffisamment contre la pollution, principalement contre les importantes concentrations de dioxyde d’azote (NO2). Le Plan Air - Climat - Energie, adopté en juin 2016, manque de mesures contraignantes. Constats et solutions sont bien couchés sur le papier mais pas de calendrier en vue selon l’équipe de Client Earth qui déplore également le manque d’ambition de la zone de basses émissions (LEZ). "Nous trouvons que les règlements pour la LEZ à Bruxelles prévue dans le Plan ne sont pas suffisants. Le gouvernement Bruxellois est supposé implémenter des règlements "dès que possible", donc 2025 pour une interdiction du diesel, ce n’est pas assez rapide."

(...)