Sciences - Santé

Le véganisme est à la mode. Ses partisans les plus radicalement intolérants vont jusqu’à vandaliser des vitrines pour défendre la cause animale. Mais refuser de manger de la viande et de boire du lait, est-ce dangereux pour la santé ? Quels sont les risques liés au véganisme ? Les végans ont-ils accès à une grande diversité de nourriture ? Un enfant peut-il en mourir ? Professeur de nutrition à l’UCL, diététicien agréé et spécialiste dans le suivi nutritionnel des sportifs de haut niveau, Serge Pieters est l’Invité du samedi de LaLibre.be.

Les personnes véganes souffrent-elles de carences alimentaires spécifiques ?

Le véganisme ou végétalisme porte un vrai risque de carences alimentaires. La carence qui va arriver le plus rapidement est celle en vitamines B12 qui sont généralement contenues dans les produits d’origine animale. Cette vitamine intervient notamment dans la synthèse de nouveaux tissus et nouvelles cellules. Il y a un risque d’anémies lié à cette carence. Il y a aussi des carences éventuelles en Oméga-3, essentiellement celles d’origine animale – surtout marine – qui sont plus fonctionnelles pour l’organisme humain que celles d’origine végétale. La troisième carence récurrente, c’est celle en fer que l’on trouve généralement dans le foie et les viandes, mais aussi dans les lentilles mais avec une moins bonne biodisponibilité.

On évoque aussi régulièrement l’apport en protéines...

C’est surtout la qualité des protéines qui peut poser problème, car il faut de bonnes protéines pour pouvoir couvrir les besoins de l’organisme. Les meilleures protéines proviennent généralement des œufs, du lait et de la viande. Les protéines que l’on retrouve dans les végétaux ne sont pas des protéines complètes, car elles ne contiennent pas tous les acides aminés essentiels. Les protéines des légumes et céréales ont chaque fois un facteur limitant, soit un acide aminé manquant. Si l’on ne fait pas attention à cette carence, il faut combiner de manière adéquate des céréales et des légumineuses sur un même repas ou sur la même journée. C’est essentiel pour avoir un apport qualitatif en protéines. Exemple : manger des pâtes aux lentilles offre une excellente complémentarité.

Une personne végane qui prend ces compléments et qui associe minutieusement ses mets peut donc avoir une alimentation qui répond aux besoins de son corps ?