Sciences - Santé

La clientèle du Métropole Monte-Carlo devra s'y faire: cet hôtel cinq étoiles de Monaco ne sert plus aucun verre avec une paille en plastique depuis vendredi devançant l'interdiction prévue pour 2020 en Principauté pour lutter contre la pollution des mers, a indiqué la direction.

"Quand vous commandez un coca, il n'y a plus de paille!", indique la direction à l'AFP, confirmant une information de Monaco-Matin. "On garde une paille uniquement pour les smoothies ou les boissons à base de glace pilée où l'on utilise une paille biodégradable, et une seule !".

Ces pailles biodégradables en polylactique, un bioplastique issu essentiellement du maïs, coûtent deux fois plus cher, précise la direction de cet hôtel indépendant, propriété de deux frères libanais et qui a développé depuis 2007 toute une série de gestes en faveur de l'environnement.

Les mélangeurs à cocktails sont en verre, le linge de toilette est lavé tous les trois jours, les robinets des chambres équipés de réducteur de consommation d'eau et les sous-verres ne sont plus en carton jetable, mais en caoutchouc naturel, un coup d'éponge suffit pour les réutiliser.

Les employés ont été formés pour expliquer la suppression des pailles à la clientèle. Celle-ci est, selon la direction, souvent déjà sensibilisée à cet effort contre l'omniprésence du plastique.

A partir du 1er janvier 2020, les ustensiles de cuisine jetables en plastique seront proscrits à Monaco.

Plus largement en Europe, la Commission européenne a proposé d'interdire les coton-tiges, couverts, assiettes, pailles, mélangeurs à cocktails et tiges de ballons en plastique, et imposé que ces articles soient fabriqués dans des matériaux plus durables. La mesure devra être discutée par les Etats membres et le Parlement européen.

La Commission européenne a aussi proposé un système de consigne pour améliorer le recyclage des bouteilles en plastique. Seul un tiers des déchets plastiques sont recyclés en Europe, selon le WWF.