Sciences - Santé

Sept centres de bronzage sur dix contrôlés cette année n'étaient pas en conformité avec toutes les règles en vigueur, a indiqué vendredi le ministre de l'Economie et des Consommateurs, Kris Peeters, qui a toutefois dit observer une amélioration de la situation. Cette année, le nombre total de contrôles a à nouveau été augmenté, de plus de 30% par rapport à 2016. 29% des centres contrôlés étaient en conformité avec toutes les règles, contre seulement 6,5% l'an dernier, a souligné le ministre, confirmant dans un communiqué une information diffusée par le journal 'La Dernière Heure'.

"Il y a donc une nette amélioration, bien que les résultats restent décevants. Nous poursuivrons les contrôles intensifs. Je ne tolérai pas que les centres de bronzage jouent sciemment avec la santé de leurs clients", a ajouté M. Peeters (CD&V).

Au début de cette année, le vice-Premier ministre avait annoncé de nouvelles règles et des contrôles supplémentaires pour les centres de bronzage.

Ces contrôles - au nombre de 266 contre 199 en 2016 et seulement 65 en 2015 - révèlent que davantage de centres de bronzage suivent les règles, bien que les résultats restent "mauvais", selon lui.

Lors des contrôles, 186 pro justitias ont été dressés. Dans 22 centres de bronzage, des bancs solaires ont été mis sous scellés en raison d'une trop grande intensité de rayonnement. Dans 19 cas, des centres de bronzage entiers ont été mis sous scellés. Ils pourront à nouveau ouvrir leurs portes si lors d'un nouveau contrôle il est constaté qu'ils sont entièrement conformes aux règles.

Les infractions les plus fréquentes sont notamment une trop grande intensité de rayonnement des bancs solaires, une déficience des informations fournies aux nouveaux clients, l'absence d'informations sur les risques d'exposition aux rayonnements UV et de contrôle trimestriel des lampes UV.

"Nous poursuivrons les contrôles intensifs. Je ne tolérai pas que les centres de bronzage jouent sciemment avec la santé de leurs clients", a conclu M. Peeters.