Sciences - Santé

Le 20 août dernier, un jeune stagiaire de la banque d'affaires Merrill Lynch a été retrouvé mort dans sa douche. Il avait travaillé trois nuits d'affilée jusque 6h du matin. Le rythme de travail qui lui avait été imposé aurait-il pu provoquer sa mort? Impossible d'affirmer si c'est bien un manque de sommeil qui aurait tué Moritz Erhardt car la cause du décès est encore inconnue. On peut toutefois s'interroger sur les risques d'un manque de sommeil. Ce dernier pourrait-il provoquer la mort?

Des recherches effectuées sur les animaux prouvent que le manque de sommeil amène de nombreux troubles. Le site d'informations en ligne Slate.fr rapporte qu'une expérience menée par un chercheur de l'Université de Chicago sur des rats avait causé leur décès suite à une privation de sommeil. Au bout de 32 jours sans sommeil, tous les rats étaient morts. Trois hypothèses sont avancées: hypothermie, infection bactérienne due à la baisse des défenses immunitaires ou dérèglement cérébral. 

Des expériences similaires ont été menées sur des humains mais des raisons éthiques évidentes ont empêché toute conclusion visant le manque de sommeil comme potentielle cause de mort. Mais à première vue, la même expérience conduirait à un résultat similaire sur des hommes. En général, les études sur la privation de sommeil ne durent pas plus de 11 jours. Les expériences a plus longues durées sont des anecdotes et n'ont pas été avérées de manière scientifique.
Jusqu'à ce jour, il n'a jamais été démontré que le manque de sommeil conduirait à la mort.

Le Docteur Bottin, spécialiste du sommeil, affirme qu'il n'est pas possible d'en mourir dans un contexte de vie "normale". Mais dans le cadre de torture où des personnes tierces empêchent des prisonniers de dormir pendant des jours voire des mois, il est probable que la privation de sommeil conduise à un décès. Les effets d'une durée prolongée sans dormir sont d'ailleurs redoutables. Ils varient selon les individus mais se manifestent dès 24 heures de privation.

Des troubles de l'humeur apparaissent après une journée sans dormir. Irritabilité, euphorie, dépression et isolement se manifestent en premier lieu.  On note également des troubles de la sphère visuelle et auditive, des fourmillements et une perte de la notion du temps. Des effets plus sévères peuvent apparaitre si la durée de privation est prolongée. Des hallucinations visuelles et auditives, des pertes de mémoire s'accompagnent souvent d'un ralentissement des facultés de langage ainsi qu'une sensation de faim exacerbée appelée hyperphagie.

Sans aller aussi loin, un manque de sommeil de quelques heures par nuit peut déjà être néfaste pour la santé et induire une augmentation du stress, une diminution des défenses immunitaires ainsi que celle du niveau de santé en général. 

La durée de sommeil moyenne est d'environ 7 à 8 heures par nuit , mais peut varier d'un individu à l'autre. Certains auront besoin d'à peine 4 heures de sommeil, d'autres de 9 ou 10 heures, voire davantage.