Sciences - Santé Lunettes noires sur le nez, assise devant sa planche à découper, Annick s'applique à éplucher un kiwi. On se prend à la questionner, la concentration tombe quelque peu et " aïe, je me suis coupée". Une goutte de sang perle sur son doigt. " Quelqu'un a un pansement?", appelle-t-elle au secours. Une responsable de la Ligue Braille vient aussitôt chercher Annick, la prend par le bras pour la conduire à l'évier, rincer la blessure et la soigner. Quand on est aveugle ou malvoyant, faire la cuisine n'est pas forcément évident. Et donc se lancer dans de grands dîners pour y convier ses amis n'est généralement pas coutume chez les personnes déficientes visuelles. De là à se priver de vie sociale, il y a un pas que la Ligue Braille se refuse à franchir.