Sciences - Santé Pourquoi dénombre-t-on de plus en plus de personnes devenues hypersensibles aux ondes (3 à 4% en Belgique) ? GSM, WiFi, câbles haute tension… causent-ils des risques de cancer, d’Alzheimer, d’autisme ou d’une faible fertilité ? Cancérologue et spécialiste internationalement reconnu des effets des champs électromagnétiques sur la santé, le Pr Dominique Belpomme est l’Invité du samedi de LaLibre.be. Il dénonce "la gravité du déni politique" et "une corruption idéologique" en matière de santé.

Le Docteur Dominique Belpomme est professeur de cancérologie à l'Université Paris-Descartes (Paris V), auteur d’ouvrages scientifiques, membre de plusieurs sociétés savantes internationales et président de l’ARTAC (Association pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse). Il dirige à Bruxelles L’Institut Européen de Recherche sur le Cancer et L’Environnement.


Extraits de l'entretien à découvrir en intégralité dans la Sélection LaLibre.be:

(...)

L’exposition continue à un champ électromagnétique (GSM, WiFi...) peut rendre hypersensibles ?

Même si l’intensité de l’exposition est faible, sa continuité la rend toxique. L’abaissement du seuil de tolérance qui en résulte explique que les personnes EHS ne puissent tolérer que des champs électromagnétiques de très faible intensité. Ils auront donc des symptômes (maux de tête, acouphènes, vertiges, picotements et /ou fourmillements dans le corps, perte de mémoire, troubles de l’attention et de la concentration, insomnie, fatigue, etc.) pour les niveaux d’intensité d’ondes promus par notre société. En l’absence de traitement et de protection, ces personnes pourraient au fil du temps, devenir intolérantes à l’ensemble du spectre électromagnétique, soit aussi aux très basses fréquences (lignes à haute tension, appareils ménagers, etc.).

Certains scientifiques sont moins catégoriques que vous et mettent en doute votre raisonnement…

Il est vrai qu’un certain nombre de contradicteurs, travaillant à la solde des opérateurs, tiennent un tout autre discours. Mais la bulle mensongère qu’ils ont créée de toutes pièces est en train de crever auprès du corps médical et du grand public. Il y a aujourd’hui des malades qui n’existaient pas avant l’essor des technologies sans fil. Il faut bien qu’il y ait une cause à leurs maladies ! En réalité, il y a de la part des pouvoirs administratifs et politiques un véritable déni face aux données scientifiques actuellement disponibles en raison des importants intérêts économiques en jeu. C’est de la corruption idéologique ! La communauté médico-scientifique internationale, à l’abri de toute pression politico-économique, n’émet aucun doute sur mon message.

Bref, autant prévenir ou agir dès les premiers signes d’intolérance ?

C’est indispensable. Il ne faut par exemple jamais se faire implanter des amalgames dentaires métalliques. Vous imaginez l’impact de ces ‘petites antennes’ chez les enfants ? Ils risquent de voir se développer à l’âge adulte des signes d’électrohypersensibilité. Les enfants ne doivent en aucun cas utiliser un téléphone portable avant l’âge de 12 ans, car leur croissance n’étant pas terminée, leurs neurones et autres cellules cérébrales sont extrêmement vulnérables à toute forme d’agressions environnementales. Il faut donc prendre des mesures drastiques dans les écoles : interdire la WiFi et l’usage des tablettes, bannir l’utilisation des GSM, faire de la prévention… Les ados ne doivent pas utiliser leur GSM plus de 20 minutes par jour, et par séquences de 6 minutes, et favoriser les sms (maximum 20 par jour).

....

Les champs électromagnétiques seraient donc une des causes de la maladie d'Alzheimer?

On peut l'affirmer sans risque de se tromper qu’elle est bien liée aux champs électromagnétiques ! C'est une folie de construire une maison ou un lieu public à proximité d’une ligne à haute tension ou d’une antenne relais, ou de généraliser la wifi partout. Etant donné que les personnes EHS ne peuvent pas y accéder, c’est même devenu un acte antidémocratique. La généralisation du wifi dans les lieux publics risque d’accroître le nombre de sujets EHS. Le déni politique actuel témoigne d’une véritable hérésie au plan scientifique. C’est un séisme planétaire qu’il faut désormais redouter. C’est bien plus grave que les effets néfastes de l’amiante. Sans doute ne doit-on pas être catastrophiste, mais en Europe, c’est 3 à 10% des sujets qui seraient atteints d’électrohypersensibilité. Que fait-on de ces malades ? Et des 35 millions d’individus atteints de maladie d’Alzheimer dans le monde : ils ne tombent pas du ciel… Les preuves existent, et on les trouve dans les publications scientifiques ! A condition de les lire. Or malheureusement, c’est "Circulez, il n’y a rien à voir…" !