Sciences - Santé Dans les piscines publiques ou privées, intérieures ou extérieures, l’exposition au chlore n’est pas idéale. Une nouvelle étude démontre la grande vulnérabilité des enfants.

Sous le soleil d’été, grande est la tentation des baignades en eau fraîche. Qui, malheureusement, s’avère aussi parfois un peu "trouble" dans certaines piscines, publiques ou privées. "Le problème n’est pas tant le chlore que le mauvais dosage qui en est fait, souligne le Pr Alfred Bernard, toxicologue à l’UCL et directeur de recherche FNRS. Comme les gens sont crasseux, du moins certains, on déverse des paquets de chlore. C’est le cas dans des piscines d’hôtels, mais aussi dans celles des maisons de location où l’eau peut être surchlorée."

Et donc, autant les bénéfices de la natation paraissent évidents, autant les effets nocifs d’un excès de chlore sur la santé le sont également. Et cela, plus encore pour les jeunes enfants. Une nouvelle étude épidémiologique du Pr Alfred Bernard, menée celle-ci auprès d’enfants âgés de 5,8 ans en moyenne, vient encore de démontrer que ces produits de chloration sont loin d’être anodins. (Voir par ailleurs) Du chlore qui, sous sa forme active dans l’eau, n’est rien d’autre que de l’eau de Javel très diluée.