Sciences - Santé

Chaque année, 23% des enfants de moins de un an sont hospitalisés au moins une fois, écrivent mardi Le Soir et De Standaard sur la base du baromètre de la santé des enfants des Mutualités Libres "KidOscope". Ces jeunes enfants ne sont généralement pas hospitalisés pour une intervention chirurgicale, il est donc difficile de connaître le diagnostic exact. Les principales causes seraient toutefois les maladies respiratoires et infectieuses. Les enfants précarisés sont particulièrement concernés. Quelque 9,6% des enfants (0-18 ans) ont été hospitalisés au moins une fois entre 2015 et 2016, soit un sur dix. Cette statistique varie en fonction des âges: les enfants de 6 à 14 ans sont peu concernés, tandis que le taux d'hospitalisation des moins de un an est de 23%.

Les enfants de plus d'un an et les jeunes en particulier passent souvent par l'hôpital pour y être opérés, ajoute le baromètre. Pour les enfants de un à cinq ans, les opérations concernent principalement des affections oto-rhino-laryngologiques (ORL) et des problèmes urologiques chez les nourrissons (moins de deux ans) dans une moindre mesure. Les interventions stomatologiques (avant un traitement orthodontique) et orthopédiques sont les plus fréquentes chez les adolescents (14 à 18 ans).

L'étude montre aussi que les enfants titulaires du BIM (bénéficiaire d'intervention majorée) sont hospitalisés jusqu'à 1,8 fois plus. Les hospitalisations des enfants précarisés sont en moyenne 73% plus longues.

Les Mutualités libres plaident pour davantage de prévention afin de réduire le nombre d'hospitalisations, notamment en se lavant régulièrement les mains, en évitant l'exposition au tabac pendant la grossesse et après la naissance, en vaccinant les enfants selon le programme de vaccination de base. Les mutualités invitent également à envisager des alternatives à l'hospitalisation avec nuitée si cette option est possible d'un point de vue médical et organisationnel.