Sciences - Santé

Un professeur émérite des Facultés Notre-Dame de la Paix (FUNDP) de Namur, Guy Demortier, est capable de démontrer scientifiquement une nouvelle théorie sur la construction des pyramides d'Egypte. Les pyramides auraient été construites en béton reconstitué, et non pas à partir de blocs acheminés de l'autre rive du Nil.

"En 1981, le chimiste français Davidovits me parlait d'une théorie qui indiquait que les pyramides étaient en béton reconstitué. Ce n'est que quelques années plus tard que j'ai réalisé des analyses. Il ne s'agit plus d'une théorie mais bien d'une démonstration avec preuves analytiques à l'appui", explique Guy Demortier, physicien nucléaire de formation.

Après une analyse des éléments constituant un agrégat provenant de la pyramide de Khéops, il a constaté que ce dernier était composé de calcaire naturel, mais également dans son enrobage de Sodium, de Silicium, d'aluminium, de magnésium et de fluor.

Il constate également une présence d'eau de l'ordre de 10 à 15 pc, alors que la teneur résiduelle dans le calcaire naturel ne dépasse pas 1 à 2 pc. Il envisage donc un procédé de moulage réalisé sur place. Des moules qui seraient constitués de planchettes rainurées et languetées s'emboîtant les unes dans les autres, à la manière des planchers modernes.

Les ingrédients solides sont apportés dans des nasses et les liquides dans des outres . Ils sont ensuite déversés dans le moule rendu étanche par l'application d'un mortier.

"Les ingrédients solides qui y sont déversés sont majoritairement du calcaire amené des environs immédiat du site de construction et répartis à l'avance, le reste est constitué de mélange à base d'eau et de natron (carbonate naturel de sodium)", explique le professeur Demortier.

Guy Demortier explique également qu'il a refait l'estimation de l'effort fourni pour construire un bâtiment si on envisage les précédentes théories qui soutiennent que les blocs étaient réalisés sur la rive droite du Nil (alors que les pyramides sont situées sur la rive gauche) et qu'ils étaient ensuite acheminés étage par étage pour réaliser la pyramide.

Cette théorie ne tiendrait dès lors plus la route, sachant qu'en trentaine de pyramides ont ainsi été réalisées en trois ou quatre siècles. "La pyramide de Khéops représente 2.600.000 m3. Si elle a été construite en 26 ans (la moyenne de construction décrite par Hérodote), cela représente 100.000 blocs par an, soit 300 blocs par jour. Sur une journée de travail de 10 h, cela fait un bloc toutes les 2 secondes, c'est presque une ineptie", précise-t-il.