Sciences - Santé

Le réseau électrique européen interconnecté pâtit depuis la mi-janvier d'un problème d'alimentation au Kosovo qui affecte la distribution du courant dans 25 pays, a indiqué mercredi l'ENTSO-E, l'organisme bruxellois qui fédère les gestionnaires de réseaux en Europe.

Cette sous-alimentation d'une durée inhabituelle entraîne des retards sur les horloges d'appareils reliés au réseau électrique, comme par exemple les fours à micro-ondes ou les radios-réveils, comme cela a été constaté depuis quelques jours dans plusieurs pays, dont la Belgique. Le phénomène concerne certaines horloges dans toute l'Europe continentale au sens large (de l'Espagne à la Turquie, et des Pays-Bas à la Pologne). Ce sont typiquement les horloges présentes sur les radios -réveils, les fours et fours à micro-ondes ou les horloges programmant les systèmes de chauffages qui sont concernées.

Concrètement, la fréquence électrique de 50 Hertz (Hz), qui permet au réseau interconnecté de fonctionner correctement n'est actuellement plus respectée, la moyenne enregistrée depuis la mi-janvier étant de 49,996 Hz, selon l'ENTSO-E (European Network of Transmission System Operators for Electricity).

Problème au Kosovo

"Les petites déviations de fréquence ça arrive tout le temps, sauf que là ça s'est éternisé depuis la mi-janvier parce qu'il y a ce problème de déséquilibre au Kosovo", a expliqué à l'AFP Claire Camus, une des porte-parole de cet organisme, pointant du doigt "un problème politique" entre la Serbie et le Kosovo.

D'après une source proche du dossier, le litige concernerait l'alimentation en électricité d'une des enclaves serbes du Kosovo.

Joint par l'AFP à Belgrade, un responsable du ministère serbe de l'Energie a qualifié le litige d'"absurde".

Egalement sollicitée, l'agence gouvernementale kosovare chargée du réseau électrique a promis de s'exprimer sur le sujet.

Le Kosovo, qui célèbre cette année les dix ans de sa proclamation d'indépendance, est le fruit de l'éclatement de l'ex-Yougoslavie.

Soutenue par Moscou, la Serbie ne le reconnaît toutefois pas. Depuis environ deux ans, les discussions de normalisation entre les deux pays sont au point mort. Et leurs relations connaissent des épisodes de tensions récurrents.

Réseau interconnecté

Vingt-cinq des 36 pays européens partenaires au sein de l'ENTSO-E sont associés dans ce réseau interconnecté de lignes à haute tension fonctionnant de manière synchrone, a souligné Claire Camus.

"Il n'y a pas de risque en terme de sécurité d'approvisionnement, mais la qualité de la fréquence pâtit de ce problème d'alimentation", a encore dit la porte-parole. Selon elle, les désagréments ne concernent que les particuliers, les industries et les infrastructures sensibles utilisant d'autres systèmes, non sujets aux fluctuations, pour mesurer le temps.

Les horloges des appareils électriques qui n'auraient pas été modifiées depuis la mi-janvier affichent actuellement un retard proche de six minutes, toujours d'après l'ENTSO-E.

La liste des opérateurs membres de l'organisme européen est consultable sur ce lien: https://www.entsoe.eu/about-entso-e/inside-entso-e/member-companies/Pages/default.aspx

Plusieurs semaines pour revenir à la normale

Pour que le système revienne complètement à la normale, la première étape est de faire cesser les déviations de fréquence. La deuxième, de compenser la quantité d'énergie manquante. "Il est prévu de résoudre l'étape 1 cette semaine, tandis que le délai pour l'étape 2 doit encore être déterminé", indique l'Entso-E. Le retour à la normale pourrait prendre plusieurs semaines."

L'énergie perdue s'élève à ce stade à  113 GWh. La question de qui va compenser cette perte n'a pas encore de réponse, précise l'Entso-E. Selon Europe 1, les autres pays européens refusent de pallier le manque. L'Entso-E  appelle en tous cas les décideurs à régler la question politique de façon urgente.