On la connaissait espiègle, faussement naïve, délicieusement provocante et sensiblement rebelle aux justiciers de tout poil. Puis elle est partie loin de chez nous, en cette Provence de Méthamis qui respire la farigoule et le pèbre d'ase. Or voici qu'elle nous revient, alerte et telle qu'en elle-même, les ans ne la changeront point. Drôle ou mutine, enfantine ou cocasse, allusive et inspirée, Mireille Bastin se moque des grands principes comme des règles plastiques. Elle a pour elle un pinceau qui s'abreuve aux sources pures et fraîches des roses, des lavandes, des marguerites et des libellules. (R.P.T.)

Galerie Albert Ier, 45 rue de la Madeleine, Bruxelles (tél. 02.512.19.44). Jusqu'au 24 septembre, du mardi à samedi de 13 à 19h, dimanche de 11 à 13h.

© La Libre Belgique 2003