Cinéma

Le réveillon du cinéma belge

Entre Noël et Nouvel An, l'actualité culturelle se met en général au repos. L'idée était donc bonne de profiter de ces quelques jours de décembre pour fêter les réalisateurs belges et tirer le bilan cinématographique de l'année écoulée. Vu le succès connu par l'édition 2005, voici donc arriver la 2e Fête du cinéma belge, qui ouvrira ses portes mardi au Palace à Bruxelles pour les refermer le 31 décembre par un joyeux réveillon dès 23 h 30.

En ouverture (26/12, 20 h), on pourra déjà jeter un oeil vers 2007 avec la projection en avant-première de "E finita la commedia", court métrage de Jean-Julien Collette et Olivier Tollet, suivi du second long de Laurent Achard, "Le dernier des fous", avec notamment Anny Cordy. L'histoire de Martin, un gamin de onze ans qui doit faire face à la désintégration de sa famille... Côté bilan, ce mini-festival sera l'occasion de revoir la plupart des films belges francophones qui ont marqué 2006 : "La raison du plus faible" (30/12, 20 h) , "Komma" (27/12, 22 h) , "Ça rend heureux" (27/12, 20 h) , "L'iceberg" (29/12, 18 h) , "Comme tout le monde" (28/12, 20 h) ou, pour les plus jeunes, "Pom le Poulain" (27/12 à 18 h) . Côté flamand, on redécouvrira le récent prix Cavens "Vidange perdue" (28/12, 22 h) , "Dennis van Rita (30/12, 18h) et "Een ander zijn geluk" (29/12, 22 h) . Enfin, l'événement étant organisé par l'ASBL "Un Soir... Un Grain", une large place a bien entendu été réservée aux courts métrages - courts d'écoles (28/12, 18 h) et de Noël (29/12, 22 h) -, dont les films primés seront remontrés le samedi 30 à 22 h. Bonne année donc au cinéma belge !

Du 26 au 31 décembre 2006 au Palace : 85 bd Anspach à Bruxelles. Tickets : 5 €. Pass : 20 €. Rens. : 02.248.08.72 ou Webwww.filmbelge.be.

Musique

Yusuf Islam, alias Cat Stevens, à nouveau en scène

Pour la première fois depuis 3 décennies, Yusuf Islam, alias Cat Stevens, est remonté mardi sur scène aux Etats-Unis pour un concert privé dans le cadre de la promotion de son nouvel album. Mélangeant certains de ces vieux tubes avec les titres de "An Other Cup", qui est sorti le mois dernier, l'ancienne gloire anglaise du folk a chanté à Manhattan avec une voix très proche de celle qu'elle était dans les années 1970. Aminci, toujours barbu et les cheveux désormais grisonnants, il a expliqué qu'il avait quitté en 1978 le monde de la musique parce qu'il avait pris trop d'ampleur. Il avait adopté en 1979 le nom de Yusuf Islam, deux ans après sa conversion à la religion musulmane.

Pendant les décennies qui ont suivi, il s'est consacré à sa nouvelle religion, a fondé des écoles musulmanes à Londres et s'est investi dans une fondation venant en aide aux orphelins des pays en guerre. Désormais, a-t-il précisé, "je considère que ce que je peux faire avec ma musique a plus de poids que mes discours". "J'ai reçu un don, je dois l'utiliser". L'ex-Cat Stevens a joué le 11 décembre lors de la cérémonie de remise du prix Nobel de la Paix à Oslo. (Reuters)