Une carte, encore incomplète, dévoile les sous-sols martiniquais contaminés par un insecticide cancérogène, le chlordécone, utilisé de 1972 à 1993. Une manière pour l’Etat français de manifester sa préoccupation du drame sanitaire qui se joue dans ces territoires d’outre-mer.