Une centaine de journalistes et 26 caméras : le centre d’entraînement des Diables est devenu "the place to be" en Russie.