Des chercheurs de l’ULB ont mis en évidence le rôle majeur d’un gène dans la dépendance aux drogues. Cette avancée, qui lève un coin du voile sur les mécanismes en jeu, ouvre la voie à de nouveaux traitements, plus ciblés et efficaces.