Fusillade à Forest: écoles et crèches rouvrent peu après les dernières perquisitions

belga Publié le - Mis à jour le

Vidéo

Les écoles et crèches qui avaient été bouclées à la suite de la fusillade qui a éclaté mardi après-midi à Forest ont rouvert mercredi matin, peu après les dernières perquisitions qui ont eu lieu vers 06h00. Le périmètre de sécurité a été levé et la circulation des transports publics a repris normalement. 

Les écoles et crèches concernées ont pu rouvrir, a-t-on appris auprès de la commune de Forest. Selon le bourgmestre Marc Jean Ghyssels, interrogé sur les ondes de la RTBF, "il n'y avait pas de menace spécifique qui pesait sur ces établissements ou sur le public. C'est juste une perquisition qui a mal tourné".

La circulation des bus et trams a également repris normalement mercredi matin, après avoir été temporairement suspendue à l'aube entre la place Saint-Denis et la chaussée de Neerstalle, a affirmé une porte-parole de la Stib.

Selon la zone de police Midi, de nouvelles perquisitions ont été menées à Forest vers 06h00. Vraisemblablement à l'avenue du Bempt, d'après la RTBF. Vers 08h00, tout était revenu à la normale.

Les perquisitions ont perduré dans le quartier une bonne partie de la nuit. Les maisons voisines de l'appartement perquisitionné ont également été passées au peigne fin pour déterminer par où deux autres personnes auraient pu s'enfuir après l'assaut, rapporte la RTBF.

Selon les informations de la Dernière Heure, Khalid et Ibrahim El Bakraoui pourraient être ces deux personnes. La police rechercheraient d'urgence ces deux frères "fichés pour grand banditisme", selon les sources du quotidien non confirmées.

Les perquisitions ne visaient pas Salah Abdeslam mais l'entourage d'un ou plusieurs des onze inculpés belges, a en outre indiqué une source policière française mardi.

Le parquet fédéral ne souhaite pas donner davantage de précisions afin de ne pas nuire à l'enquête. Une conférence de presse sera organisée mercredi à 10h30, au parquet fédéral.

Le Premier ministre Charles Michel a par ailleurs convoqué un conseil national de sécurité mercredi.