La Grande-Bretagne va étudier la possibilité d’avoir son propre système de navigation satellite. Avec le Brexit, elle ne sera plus dans le "cerveau" de Galileo. Le GPS européen, lui, s’étoffe et compte de plus en plus d’usagers.