Dans des pages précédentes, nous avions vu qu’automne et hiver ne sont pas avares de parfum. A leur tour, printemps et été offrent au jardinier soucieux de cette touche odorante d’innombrables possibilités.