histoire de chez nous Chronique

T

andis que l’exposition "Golden Sixties" vit ses dernières semaines après avoir reçu plus de 200.000 visiteurs, Noir Dessin Production sort le deuxième tome de l’ouvrage de Jean Jour sur les sixties à Liège (1). Le premier tome a été publié au moment où s’ouvrait cette exposition à la gare des Guillemins. C’est avec un très grand plaisir que l’on suit Jean Jour de 1964 à 1969, dans tous les aspects de la vie liégeoise.

Avec lui, on découvre des travaux, comme aujourd’hui, un peu partout dans la ville qui se transforme. On annonce un nouvel aéroport à Bierset avec une liaison Liège-Londres, la fin du vieux pont d’Ougrée, des aménagements aux Guillemins avec le premier pont-tunnel de Belgique, l’ouverture du campus universitaire du Sart Tilman.

La vie culturelle, Jean Jour la connaît bien, nuit et jour ! Il nous fait découvrir des endroits, des personnalités. On assiste avec lui à l’ouverture de l’aquarium Dubuisson qui devenait le douzième musée de Liège.

Ce sont ensuite les chapitres folklore, jazz et variétés, les "people" (Bécaud, Aznavour, Hallyday, François, Adamo, Mouloudji), Roger Moore qui déclare à Jean Jour, qu’il est sur le point de tourner un grand film mais qu’il ne peut pas dévoiler le nom du personnage qu’il incarnera (ce sera James Bond). Et puis, des Liégeois aussi, Pierre Clerdent, Maurice Destenay, Jean Loth (commandant de Bierset), Robert Stéphane (RTB), Paul Libens, Charles Joosen (le Gymnase), Eugène Whale (libraire, éditeur), Georges Gentinne (tourisme), Charles Labalue (Chaudfontaine) et même Madame Vera, une Russe, installée pendant des années à l’entrée du passage Lemonnier où elle vendait des billets de loterie. Simenon est présent, bien sûr, avec une photo dans les jardins du restaurant "Le Clou Doré" au Mont-Saint-Martin. On voit l’écrivain en compagnie de Pierre Kraus, propriétaire du Clou Doré, et Georges Remy (journaliste liégeois).

Quelques jolies personnes émaillent aussi les souvenirs de l’auteur comme Sylvie Vartan, France Gall ou la Liégeoise Lucie Nossent, Miss Belgique 1965. On peut aussi découvrir des reportages en tous genres qui ont constitué une partie de la longue carrière (qui n’est pas terminée) de Jean Jour.

Il évoque aussi le fameux vol d’un manuscrit de Simenon monté de toutes pièces par Jean Jour pour dénoncer le peu de vigilance des autorités vis-à-vis d’une pièce estimée à près d’un million de francs belges au marché noir ! Un montage qui faillit valoir bien des ennuis à son auteur mais qui fit bien rire Simenon se souvenant d’une initiative du même genre qu’il avait prise lorsqu’il était journaliste à la Gazette de Liége !

(1) "Liège au temps des sixties, t. 2 : De 1964 à 1969", Jean Jour, Noir Dessin Production, 20 euros.