Fondateur de la Waterloo Connection qui regroupe 124 localités dans le monde portant le nom de Waterloo, l'échevin waterlootois du Tourisme et de la Culture Yves Vander Cruysen (MR) a annoncé jeudi qu'un nouveau lion avait été inauguré à Waterloo. 

Que les puristes se rassurent: cette oeuvre contemporaine de deux mètres de haut ne va pas remplacer le Lion du sculpteur Jean-Louis Van Geel qui, du haut de sa butte, domine le champ de bataille depuis le XIXe siècle. 

L'oeuvre en acier inoxydable inaugurée le week-end dernier s'en inspire, mais se trouve à Waterloo, au Québec (Canada). Cette version contemporaine du Lion pèse 140 kilos, est haute de deux mètres et longue de près de 3,5 mètres. On la doit à l'artiste Joseph Bergot, qui s'est manifestement inspiré du Lion de Van Geel. 

Ce qui est assez logique puisque l'inauguration de l'oeuvre s'est déroulée dans le cadre du 150e anniversaire de la naissance de Waterloo au Québec, et du 60e anniversaire du jumelage de la localité avec Waterloo en Belgique.

"Les deux Waterloo sont jumelés depus 1957, à l'initiative du roi Baudouin qui, à l'approche de l'Expo 58, souhaitait que chaque commune belge noue des liens d'amitié avec une autre ville du monde. Le choix de la petite soeur québecoise était à l'époque évident, d'autant que son maire - devenu par la suite ministre fédéral du Canada - était demandeur. Depuis, les échanges n'ont jamais cessé", indique Yves Vander Cruysen.