Son nom a des accents du Sud, il est né à Kinshasa en 1971, mais a grandi à Bruxelles. Autant dire que, pour Laurent Capelluto, être nominé pour un film français, où il interprète un agent du Mossad en résidence à Rio, n’a rien d’incongru Et dans le carré d’as belge que Boon a réuni dans "Rien à Déclarer" (lire la notule sur François Damiens), il est le joker. Eclectique sur les planches et à l’écran, il l’a aussi été dans ses études (deux années d’étude de médecine, deux d’ingénieur, puis le Conservatoire de Bruxelles), il suit sa voie, devenant un second rôle très prisé des cinémas belges et français - au point de décrocher une nomination au César du meilleur espoir masculin pour "Un conte de Noël". Fidèle du cinéma de Philippe Blasband, on l’a vu l’année dernière chez Garbarski ("Quartier Lointain"), Van Dormael ("Mr Nobody"). On le reverra bientôt dans "Où va la nuit", de Martin Provost, face à Yolande Moreau.