Le Bel 20 battu à plate couture

P.D.-D. Publié le - Mis à jour le

Le bon vieux compte d’épargne a sans doute encore de beaux jours devant lui, lui qui héberge déjà plus de 218 milliards d’euros !

La comparaison du rendement entre le livret cher à de très nombreux ménages belges et un placement en actions sur 5 ans, 10 ans et 20 ans donne, en effet, le compte d’épargne gagnant à chaque fois, et parfois très largement.

La comparaison est, en effet, sans appel sur une période de 5 ans ou 10 ans, selon les projections réalisées par CPH Banque, qui en dresse régulièrement une évaluation dans le magazine destiné à ses clients.

Un placement de 10 000 euros effectué voilà exactement cinq ans sur un carnet de dépôt CPH a permis à son titulaire d’engranger à ce jour 1 380 euros d’intérêt pour un capital total de 11 380 euros, soit un rendement annualisé de 2,62 %. Ces mêmes 10 000 euros sont, par contre, devenus 6 028 euros pour un placement effectué dans l’indice Eurostoxx 50, qui reprend les 50 principales capitalisations européennes. L’indice Bel 20 de la Bourse de Bruxelles réalise une performance plus piètre encore, puisque ces 10 000 euros ont quasiment fondu de moitié. Sur ces cinq ans, le rendement annualisé du compte d’épargne est donc de 2,62 %, contre - 9,62 % pour l’Eurostoxx 50 et - 10,91 % pour le Bel 20.

Si l’on prend cette fois une période de dix ans -un horizon normal pour des placements boursiers- le compte d’épargne reste sur la plus haute marche du podium : ces 10 000 euros sont cette fois devenus 13 146 euros, soit un rendement de 2,77 %. Le Bel 20 fait cette fois mieux que l’Eurostoxx 50, avec une baisse de 2,93 % contre une chute de 5,44 % pour l’indice européen.

Sur vingt ans, les trois placements font, cette fois, quasiment jeu égal : le rendement annualisé est de 3,20 % pour le compte d’épargne, de 3,73 % pour le Bel 20 et de 4,05 % pour l’Eurostoxx 50. Le rendement annualisé des indices boursiers est toutefois un rendement brut. Il faut également prendre en compte les frais liés à des placements boursiers, rappelle Thierry Deveseleer, Front Office Treasury chez CPH Banque. Si l’on tient compte de frais de 1 % (frais de gestion pour une sicav ou de dossiers-titres pour des actions), le rendement annualisé net sur vingt ans est, cette fois, de 3,02 % pour l’Eurostoxx 50 et de 2,18 % pour le Bel 20. Il n’y a pas vraiment photo pour savoir qui en sort vainqueur.

Certes, comparaison n’est pas forcément raison. Le début du mois d’août a été particulièrement meurtrier, ce qui pousse vers le bas les rendements des placements boursiers. De plus, il est toujours conseillé à l’investisseur de lisser ses versements vers des fonds de placement ou des achats d’actions. De quoi, aussi, profiter des baisses pour acheter à meilleur compte.

Il n’en reste pas moins que le parallèle a de quoi faire réfléchir plus d’un candidat investisseur alors que les Bourses ont retrouvé, enfin, un peu de couleurs.

Publicité clickBoxBanner