L’ascension pyrénéenne, en partie inédite, présente un profil terrifiant pour le peloton de la Grande Boucle.