Le pape rejoint environ un million de jeunes pour une veillée près de Madrid

AFP Publié le - Mis à jour le

Le pape Benoît XVI a rejoint samedi soir environ un million de jeunes qui l'attendaient, bravant la chaleur, sur la base aérienne de Cuatro Vientos près de Madrid, pour une veillée qui marque l'un des temps forts des Journées mondiales de la Jeunesse.

La foule de jeunes pèlerins venus de 193 pays, agitant des drapeaux multicolores, a acclamé le pape aux cris de "Viva el papa". Dimanche matin, Benoît XVI doit célébrer sur cette même base la messe de clôture des JMJ.

Accueilli par le prince héritier Felipe et la princesse Letizia, le pape, accompagné par les choeurs des JMJ, a parcouru une partie de l'immense campement pour rejoindre l'estrade blanche de 200 mètres de long où il devait prendre place pour prononcer une homélie.

Depuis le matin, des centaines de milliers de pèlerins avaient déferlé sur la base de Cuatro Vientos, grande comme 48 terrains de football, par une chaleur caniculaire qui a provoqué des centaines de malaises. Ils devaient y passer la nuit en attendant la messe du lendemain matin.

Les organisateurs des JMJ attendaient environ un million de personnes et plusieurs médias estimaient que ce chiffre avait été atteint.

Une journée très chaude à Madrid

"Agua ! Agua ! Agua!", hurlent des dizaines de pèlerins aux pompiers qui arrosent l'hôpital de campagne totalement débordé par la foule de pèlerins victimes de coups de chaleur: ils sont des centaines de milliers sous un soleil de plomb à Madrid pour la veillée prévue avec le pape.

Plus d'un million de personnes sont attendues pour cette veillée de prières et la messe que célèbrera le pape Benoît XVI dimanche matin, clôturant les 26e Journées mondiales de la Jeunesse.

Il fait 38 degrés et pas un arbre pour s'abriter sur l'aérodrome militaire de Cuatro Vientos, grand comme 48 terrains de football, où ont été répartis les centaines de milliers de jeunes par pays et par paroisse. Les pompiers arrosent l'hôpital que la climatisation ne suffit plus à rafraîchir.

"Pardon, pardon, poussez-vous!", lancent des sauveteurs transportant une jeune fille qui a perdu connaissance.

Une autre arrive en tremblant, en larmes, ruisselant de sueur, immédiatement réconfortée par des volontaires. Seuls les cas les plus graves sont transportés dans l'hôpital de campagne, déjà débordé.

A l'extérieur, des jeunes pris de coups de chaleur sont soignés par terre à l'ombre de fourgons des services de secours ou de toilettes mobiles.

"J'ai vu des dizaines et des dizaines de personnes prises de malaise arrivées depuis le début de l'après-midi", témoigne Cesar Coello, un volontaire américain de l'Illinois.

"On est débordé", confie Maria Altayulls, une autre volontaire. Selon les services de secours, 679 personnes avaient été prises en charge en milieu d'après-midi et 23 personnes ont été hospitalisées.

Les pompiers passent aussi dans les allées et aspergent les pèlerins pour les rafraîchir, mais l'eau n'y suffit.

"Je suis venue voir le pape mais on est parqué ici parce qu'il n'y a plus de place dans la zone C2 où nous étions prévus", dit Camila Rossi, une étudiante italienne, assise par terre comme des centaines d'autres sur un tapis de sol, dans une allée censée servir au passage des secours.

Avec son groupe, elle a installé, comme des dizaines de milliers d'autres une bâche bleue sur deux bâtons pour tenter de se protéger du soleil, dans ce gigantesque camp aux allures de festival de musique. "Excusez-moi, il faut que je m'assoie, je ne me sens pas bien", dit-elle, se protégeant sous la bâche.

D'autres s'abritent sous des parapluies ou sous des drapeaux mais les barrières rendent difficiles les déplacements et beaucoup sont assis en plein soleil. Confinés dans des zones très précises en fonction de leur inscription, ils dormiront sur un simple tapis de sol, serrés les uns contre les autres.

"Ca va être difficile, mais on va essayer d'aller prier dans les chapelles", assure Don Sedrak Khitarian, venu avec un groupe de 60 Géorgiens de Turckh (sud).

"C'est dur mais je ne regrette pas. C'est le voyage de notre vie. Ca n'arrive qu'une fois", confie Luisine, une employée de banque arménienne de 26 ans, qui comme de nombreux autres pèlerins, a parcouru des kilomètres à pied pour arriver.

Pour les accueillir, les organisateurs ont vu grand. Pas moins de 17 chapelles ont été érigées, ressemblant, à plus grande échelle, aux rencontres internationales de la communauté oecuménique de Taizé, dans le centre de la France, qui ont inspiré les JMJ.

L'autel où le pape doit prononcer une homélie avant la veillée, s'étend sur 200 mètres de long. Un arbre parasol doré doit le protéger d'un soleil de plomb le lendemain matin pour la messe de clôture qui sera retransmise sur 20 écrans géants et 48 tours d'enceinte.

Benoit XVI devait être accueilli à son arrivée par un orchestre de 200 volontaires et la chorale de Saint-Sébastien.

Publicité clickBoxBanner