Le pergélisol arctique contient des quantités insoupçonnées de mercure, un puissant neurotoxique. Avec le réchauffement, ce poison risque de se disséminer dans l’environnement et les chaînes alimentaires.