Les violences de Cologne probablement planifiées, selon le ministre de la justice

Belga Publié le - Mis à jour le

Les violences sans précédent contre des femmes à Cologne qui ont scandalisé l'Allemagne ont très vraisemblablement été coordonnées et planifiées, a estimé dimanche le ministre de la Justice, Heiko Maas, dans une interview.

"Quand une telle horde se rassemble pour enfreindre la loi, cela paraît sous une forme ou une autre planifié. Personne ne me fera croire que cela n'a pas été coordonné ou préparé", a déclaré ce ministre social-démocrate à l'édition dominicale du quotidien Bild.

Cette nuit là, des dizaines d'hommes agissant en bandes s'en étaient pris à des femmes en plein centre-ville, au milieu d'une foule masculine estimée au total à un millier de personnes.

"Nous devons urgemment clarifier comment on a pu en arriver à de tels actes", a souligné le ministre.

Quant bien même des demandeurs d'asile sont suspectés par la police, il a mis en garde contre les amalgames avec tous les réfugiés arrivant dans le pays.

"Il est hasardeux de faire un lien entre l'origine d'une personne et sa propension à enfreindre la loi", a-t-il dit car les statistiques montrent que les réfugiés "commettent en proportion autant de délits que les Allemands".


Le nombre de plaintes dépasse les 500, déclare la police

La police de Cologne (ouest) a indiqué dimanche que le nombre de plaintes liées aux violences dans la nuit du Nouvel An était désormais de 516, dont environ 40% pour des faits d'agression sexuelle.

Dix-neuf personnes sont pour l'instant considérées comme suspectes, a indiqué la police dans un communiqué, ajoutant avoir arrêté un Marocain de 19 ans soupçonné de vol de portables.