Le fait demeure peu connu du public : de nombreux doublages de série, qu’elles soient avec acteurs ou d’animation, se font en Belgique. En 1994, lors de la grève des acteurs en France, les sociétés de production et les diffuseurs se sont rabattus sur le plat pays. "Ils ont découvert que les acteurs belges n’avaient pas d’accent" rit encore Marie Van R, ancienne de l’IAD, actrice de doublage et directrice de plateau (la personne qui supervise un doublage). Elle pratique "ce métier dont on ne se lasse pas" depuis seize ans. "Le talent ne repose pas sur le physique, mais sur la voix et son expressivité. On travaille dans l’instant, il faut reproduire tout de suite ce qu’on vient d’entendre dans la langue originale." Egalement actrice de théâtre, Marie Van R a l’expérience de la scène. Reste que pour "Japan Anime Live", elle se livrera à une première en doublant en direct son personnage habituel, Chopper, l’un des personnages de la série "One Piece". Elle y sera aux côtés de ses partenaires habituels : Kelly Marot, Olivier Cuvellier, Patrick Noerie ou Jean-Pierre Denuit. Ce dernier est aussi "vieux" routier du doublage belge (à ses débuts, il doubla Jason Donovan dans "Neighbours"). Voix de Usopp sur "One Piece", il a lui-même été directeur de plateau sur les cent six premiers épisodes de la série. Formé à la déclamation au conservatoire, il était à Rome l’un des doubleurs les plus expressifs lors des répétitions. Son enthousiasme était communicatif : "Il y a un mois, on ne savait même pas qu’on serait associé au spectacle. J’étais prêt à le voir à titre privé, quand on nous a demandé de monter sur scène." Une première, qui se double aussi d’une autre, à savoir jouer les personnages avec ses partenaires : "En studio, on double chacun les scènes de son personnage dans son coin, à raison de dix-sept épisodes par jour." Forte de son expérience du théâtre, Stéphane Excoffier ne passera pas inaperçue : beaucoup de fans vont découvrir à l’occasion de "Japan Anime Live" que Monkey D. Luffy, le héros adolescent de "One Piece", est doublé par une actrice adulte (qui fut naguère la voix française d’Helena Bonham Carter pour le "Frankenstein" de Kenneth Brannagh). "J’ai découvert sur le tard que je pouvais doubler des adolescents ou des garçons. C’est un exercice amusant qui permet d’extérioriser une autre énergie." Lors des répétitions, et malgré une angine, elle n’en manquait effectivement pas. Inutile de préciser que la perspective de se produire au Zénith ravit ces voix de l’ombre.