Mai 68 n’a débouché sur aucune révolution politique, ni dans l’immédiat ni, a fortiori, après-coup. On ne peut célébrer un échec. Un second Mai 68 est impossible. Les valeurs collectivistes et internationalistes, à leur apogée à la fin des années 60, ont depuis massivement reculé.