Difficile de parler d'autre chose. A part le dixième anniversaire de la mort de Mitterrand, on ne voit pas bien dans l'actualité, ce qui pourrait faire le poids. Impossible d'ouvrir le journal ou la radio, sans être noyé sous les détails, sous les photos, confronté à des reportages où les témoignages de sympathie répondent aux accusations les plus lapidaires. Manifestement ce début d'année restera dans les annales comme celui d'une seule et unique nouvelle: Miss Belgique aurait magouillé pour obtenir son titre! Evoquant 28000 SMS suspects envoyés en sa faveur, la presse flamande n'hésite pas à parler de fraude à grande échelle. Virginie Claes, la tricheuse! Un peu comme si, pour être sûr de rester roi, Albert II avait truffé de milliers de fèves, sa galette de l'Epiphanie... (l'Epiphanie, à ne pas confondre avec l'épitaphe à Annie, qui est le texte qui sera gravé sur la tombe d'Annie Cordy).

En somme, une affaire aux multiples rebondissements, qui a failli éclipser l'attaque cérébrale dont a été victime Ariel Sharon. Une attaque cérébrale, vous dites?! Si ça devait se confirmer, la riposte de Tsahal risque d'être impitoyable! Sûr que des maisons vont encore être détruites... Ah, s'il y en a un qui méritait les titres de monstre sacré, de dinosaure, c'est bien lui. C'est même curieux qu'un homme aussi impitoyable et brutal ait pu être aussi gros. A part le roi Baudouin et l'abbé Pierre, dans un casting réussi, les méchants sont plutôt maigres et décharnés. Le plus souvent rongés par la culpabilité et la mauvaise conscience.

Lui, Ariel Sharon, c'est l'inverse. Et si, comme le prétendent certains, il était sur le point de devenir une colombe, je ne vous dis pas la grandeur de la feuille de vigne nécessaire pour emballer le pigeon. Sans parler de la quantité d'airelles nécessaire pour l'accommoder, le jour venu...

Dans son cas, il est difficile de dissocier sa corpulence de sa stature politique, d'où le vide abyssal que provoque sa soudaine sortie de scène. Si l'on fait abstraction des rodomontades post-atomiques du Président iranien et des vociférations des Martyrs d'al Aqsa, on est bien forcé de constater que l'appel d'air provoqué par son départ flanque le vertige à la planète tout entière. Une sensation que doit connaître Marc-Olivier Fogiel au moment où Guy Carlier sort du bain. Un paradoxe adipeux qui fait que c'est la gauche israélienne qui le regrette le plus, talonnée au poteau par Abou Mazen et le Fatah, et par les membres du Kadima qu'il venait à peine de fonder. Sa disparition laisse tant de place à occuper qu'on se dit que seule Magali de la Star Academy pourrait lui succéder. Et tout cela pendant que George Bush et sa femme prient pour son rétablissement...

Au-delà de sa férocité et de sa roublardise (et des quelques casseroles électorales qu'il a traînées derrière lui), le vrai génie de Sharon c'est d'être devenu physiquement incontournable. Dans ce début de millénaire, il est peu de leader dont l'excès pondéral ait incarné à ce point les sévices qu'il entendait faire subir à ceux qui se dressaient sur son chemin. Dans sa massivité et dans sa présence écoeurante, même le mur de sécurité semble avoir été fait de sa propre chair.

Et voilà qu'à l'heure où j'écris ce billet, cette immense quantité de cholestérol lutte contre la mort. En principe, c'est beau un vieux qui résiste, ça donne envie de croire en la possibilité d'une rédemption. Envie de croire qu'en fin de compte ce sont moins les Palestiniens qui ont subi ses sévices, que les amortisseurs de sa voiture blindée... Pourtant il faut bien admettre que s'il avait vécu en territoires occupés et dû subir les vexations des check points, son ambulance aurait mis trois heures avant d'arriver à l'hôpital... Le temps de transformer son hémorragie en tsunami fatal...

Tiens! Il paraît que c'est en s'inspirant de son tour de taille que les Flamands ont inventé le Gordel... C'est vrai cette histoire?

© La Libre Belgique 2006