L’exposition "Enfers et Fantômes d’Asie" explique l’origine de l’apparence des femmes fantômes japonaises.