EN SPORT, IL N'Y A PAS DE MIRACLE. Lorsque l'on ne s'entraîne pas, ou peu, il est difficile de se montrer performant. Kim Clijsters vient d'en faire une nouvelle fois l'expérience, jeudi. Un mois après avoir mordu la poussière au troisième tour de Roland-Garros contre l'Argentine Clarisa Fernandez, elle s'est cette fois retrouvée le nez dans le gazon dès le deuxième tour à Wimbledon. Sur le Graveyard, qui avait vu succomber Pete Sampras la veille, la Limbourgeoise s'est inclinée en deux sets serrés contre la Russe Elena Likhovtseva. Blessée à l'épaule depuis bientôt un an, Kim a choisi une solution intermédiaire pour la saison 2002, à savoir celle de continuer à jouer en limitant son nombre de tournois et ses entraînements. Si elle lui avait plus ou moins bien réussi jusqu'à présent, avec une victoire à Hambourg en finale contre Venus Williams début mai, il est clair qu'elle vient aujourd'hui de montrer ses limites. L'opération ne représentant paraît-il pas une garantie, il lui reste peut-être le meilleur des remèdes, à savoir le repos. Après tout, elle n'a que 19 ans et peut facilement se permettre de rester à l'écart du circuit pendant quelques mois. Sa carrière ne fait que commencer. Elle seule peut juger, mais il serait trop bête de prendre le risque de la gâcher...

© Les Sports 2002