1er janvier 1952 : naissance du petit Pascal à Kinshasa (Zaïre) ! A cette époque, aucun événement marquant ne troublait le pays. Donc, cette venue a été considérée comme un avènement considérable. Après le départ du petit Pascal en juillet 1952 (il avait six mois), le pays a commencé à se désorganiser.

Vers l’année 63 : décès de mon grand-père maternel. Sans qu’il le sache vraiment, je lui vouais une grande admiration. A tel point que, des années plus tard, je suis entré en contact avec lui par l’intermédiaire d’une table tournante (j’étais seul, et on ne se ment pas à soi-même).

Septembre 1978 : premier engagement au théâtre du Rideau de Bruxelles. Claude Etienne (directeur) me demande si cela m’intéresserait de partir quinze jours en Union soviétique avec la troupe. J’étais en première année au conservatoire avec monsieur Etienne comme professeur. J’ai bien sûr dit oui, et je me suis retrouvé à Moscou et à Leningrad tenant une hallebarde ! Quelle belle preuve d’amour d’un professeur vis-à-vis d’un débutant.

Dans les années 80 : quelques rôles marquants au théâtre : "Kean", "Capitaine Fracasse", "Ivanof".

Dans les années 90 et 2000: tous les rôles à Villers-la-Ville : "Saint François d’Assise", "Le nom de la rose", "Les Misérables", "La Reine Margot", etc. ET l’apothéose : "Cyrano de Bergerac" au Théâtre Royal des Galeries ! (Théâtre auquel je dois ma carrière, et qui m’a offert la plupart de mes plus beaux rôles, merci !).

10 novembre 2002 : naissance du petit Gabriel, mon fils ! J’ai attendu cinquante ans pour enfin connaître ce bonheur immensément fort et d’une intensité indescriptible. Il a maintenant neuf ans, et chaque jour, l’amour donné par ce (encore) petit bout me donne la force de l’élever dans le respect de l’autre. Merci, petit bout d’homme !!!