COMME ANNONCÉ (LIRE «LA LIBRE» DE MARDI), le génial mais mystérieux mathématicien russe, Grigori Perelman, a refusé mardi la plus prestigieuse des récompenses mondiales dans sa science, la médaille Fields, qui devait lui être remise à Madrid ainsi qu'à trois autres lauréats. «Nous avons le regret d'annoncer qu'il a refusé d'accepter la médaille», a déclaré un porte-parole du Congrès mondial des mathématiciens qui s'est ouvert mardi avec la remise des médailles par le roi Juan Carlos. Cet équivalent d'un «Nobel des mathématiques» devait récompenser des travaux du savant âgé de 40 ans lui ayant permis de trouver en 2003, après huit années de recherches, une solution au fameux problème mathématique dit de la «conjecture de Poincaré», vieux de cent ans. Mais le mathématicien n'était pas au rendez-vous et demeure introuvable dans sa région natale de Saint-Pétersbourg.

«Il a travaillé chez nous pendant des années, mais il a démissionné le 1 éme r janvier. Pourquoi? Parce qu'il en avait envie. Peut-être voulait-il être libre pour faire ses recherches », avait déclaré récemment à l'AFP Natalia Stepanovna, de l'institut de maths Steklov de Saint-Pétersbourg, où Perelman était chercheur.

Grigori Perelman s'est contenté de déclarer mardi à l'AFP qu'il s'expliquerait seulement «dans quelques mois» sur son refus de la médaille Fields qui lui a été décernée et qu'il avait passé la journée à regarder la télévision. La médaille lui aurait pourtant permis de revendiquer un prix d'un million de dollars de l'institut Clay de Mathématiques promis pour la résolution de l'énigme posée en 1904 par Poincaré.

© La Libre Belgique 2006