Histoirede chez nous Chronique

Liège est une cuvette traversée par un fleuve et entourée de collines. Des collines qui ont pour noms Cointe, Laveu, Saint-Gilles, Saint-Laurent, Burenville, ou encore un peu plus loin la colline de la Citadelle et, sur l’autre rive du fleuve, la colline de la Chartreuse ou la colline d’Embourg-Beaufays-Mehagne C’est une promenade sur les hauteurs de Liège que nous propose le dernier ouvrage de Claude Warzée paru récemment chez Noir Dessin Production.

Au départ de Cointe, depuis le Mémorial Interallié, et jusqu’à Burenville, on découvre au travers de très nombreuses et anciennes illustrations, souvent actualisées par des comparaisons avec des photos actuelles, de nombreux endroits parfois oubliés aujourd’hui. Par exemple : les laiteries qui, dès la fin du 19e siècle, sont à la mode dans les environs de Liège. Celle du parc de Cointe, qui a donné son nom à l’avenue de la Laiterie, était fréquentée par les familles de la bonne société liégeoise. On y consommait du lait, du café et des pâtisseries dont la célèbre tarte au riz. On y dansait, jouait au tennis et une plaine de jeux accueillait les enfants. C’était le temps des dimanches en famille.

L’histoire de l’Observatoire de Cointe est contée, comme celle du couvent des Filles de la Croix et du Sacré-Cœur au Bois l’Évêque. Le Bois d’Avroy, avec ses anciennes villas, ses nouveaux buildings et sa houillère aujourd’hui disparue, est aussi commenté dans l’ouvrage. Disparue aussi, l’ancienne houillère Piron qui relevait du charbonnage La Haye, se trouvant sur la colline Saint-Gilles. On trouve également l’histoire des Grands Champs où se dressait un gibet qui permettait 9 pendaisons simultanées.

C’est une abbaye qui va donner à la colline et au quartier le nom de Saint-Gilles. Claude Warzée évoque cette abbaye née d’un ermitage devenu prieuré et enfin abbaye vers 1124. L’église Saint-Gilles telle qu’on la voit encore résulte de nombreuses restaurations et contient des reliques de saint Gilles et saint Léonard. Une statue de saint Gilles datant du 14e siècle a été retouchée à plusieurs reprises et pas toujours d’une manière artistique. Les yeux de la statue, trop agrandis, ont ainsi fait naître une expression bien liégeoise : "i fèt des oûys comme sint Djîle l’éwaré" (il fait des yeux comme saint Gilles l’ahuri). La rue Saint-Laurent, le boulevard Sainte-Beuve et le quartier de Burenville ont également fait l’objet de recherches intéressantes de la part de l’auteur. Il faut savoir que Claude Warzée, professeur à l’Institut Saint-Laurent, est aussi le créateur de plusieurs sites web dignes d’intérêt. On ne peut que vous conseiller d’aller sur http://users.skynet.be/claude.warzee.

"Liège autrefois. Les quartiers et leur histoire", Claude Warzée, Noir Dessin Production, prix de vente : 19 euros.