En 1901, Thomas Burberry invente l'imperméable. Treize ans plus tard, il retravaille ce vêtement pour habiller les officiers de l'armée anglaise. Le «trench coat» tel qu'on le connaît, avec sa ceinture et son col relevé, est né, mais pour les tranchées de la première guerre mondiale.

Le trench est un vêtement d'hommes, immortalisé au cinéma, en 1942, par Humphrey Bogart dans Casablanca, mais, comme les actrices de l'époque piquent aux hommes leurs cravates et smoking, elles n'hésitent pas à s'enrouler dans les trenchs de ces messieurs. C'est grâce à des Dietrich, Bacall ou Garbo que l'imperméable devient aussi objet de femme. Grâce à elles, sans doute, qu'il ressort aussi cette saison. En pleine inspiration fifties, marié à une paire de ballerine et un jupon. Burberry est incontestablement resté associé à l'image du trench, de même qu'à celle du tartan, son écossais beige, noir et rouge. La marque, rajeunie par Rose Marie Bravo, PDG de l'entreprise depuis 1997, ne cesse de véhiculer le trench dans ses campagnes de publicité, même quand il s'agit de vendre son parfum. Du coup, le trench est revu à toutes les sauces, mais dans l'esprit Burberry.

DES RIVETS...

Cet été, il n'en reste plus qu'une petite cape pour ces dames. Quand il n'est pas miniaturisé pour les enfants, à partir de la taille trois mois. Le succès de Burberry aidant, le trench est revenu sur le devant de la scène. Et cet été, pas une marque ne s'est risquée à cet exercice de style. Marcel Marongiu, directeur artistique de Ramosport, taille un trench dans un coton vernis blanc ou un tissu rouge aussi léger qu'une soie. La griffe a même demandé, pour la seconde fois, au duo de créateurs E 2 de dessiner un trench en édition limitée. Cette fois-ci, il s'agissait d'un trench noir ou beige gansé de rivets. Les vingt et un modèles de la saison passée s'étaient vendus en moins de vingt-quatre heures chez Colette, à Paris.

... AU SATIN DE SOIE

Comptoir des Cotonniers adopte une silhouette décontractée avec un trench coupé dans une toile enduite. Mango ose une réinterprétation du genre, avec un grand col châle à laisser ouvert ou à blouser selon l'envie. Rue Blanche mise sur une version simplissime, indémodable, et taillée pile poil. Chanel s'offre un trench, gansé d'une frange de son fameux tweed, histoire de s'approprier la silhouette. Tandis que les Hollandais Viktor & Rolf outrepassent toutes les règles instaurées en cassant les volumes ou les exagérant. Et que Tom Ford, pour Yves Saint Laurent, osait une version féminissime du trench dans un satin de soie.

Au final, impossible de passer à côté de cette version moderne du trench. Fermé sur une petite robe d'été, il donne l'air de ne rien porter. Associé à un jean et une paire de Converse, il joue les grands classiques des Parisiennes. Même Chiara Mastroianni a dit oui à Benjamin Biolay, ceinturée dans un trench plus que parfait. Alors...

© La Libre Belgique 2004