Ils jouent tous deux du même instrument (ou presque) mais tout semble les opposer. L’un est francophone, ne sait pas lire la musique et navigue dans la scène folk, pop et world music. L’autre est Flamand, a une formation musicale classique, aime l’improvisation et le jazz.

Pourtant, Didier Laloy et Tuur Florizoone, accordéonistes belges, ont toujours eu envie de jouer ensemble. Ils s’étaient déjà croisés brièvement sur scène à Huy en 2008 mais, de leur propre aveu, n’avaient jamais réussi à prendre le temps de concrétiser une collaboration musicale. Et, grâce à une invitation de l’Orchestre philharmonique de Liège à se produire dans ses murs, le duo enfin formé va donner, le jeudi 24 mai, un concert pour le moins atypique dans la salle liégeoise, plutôt habituellement réservée au répertoire classique.

"Nous avions besoin d’être attirés par une proposition spéciale pour concrétiser cette envie et elle est arrivée il y a un an et demi. Ça a été le déclic. Jouer dans cette salle magnifique, c’est un challenge et on aime ça", lancent les deux musiciens.

Didier joue de l’accordéon diatonique ou bi-sonore, un petit instrument proche du bandonéon. Tuur, lui, joue du chromatique, cet accordéon grand format uni-sonore aux 120 boutons, mais ils se sont depuis longtemps, dans leurs trajectoires artistiques, éloignés des stéréotypes collés au piano du pauvre. "L’accordéon fait peur. Quand les gens viennent nous voir en concert, ils sont surpris car nous leur proposons une tout autre musique que le musette. On mélange les styles. Nous espérons qu’avec ce concert, le public va (re)découvrir cet instrument et oublier que c’est de l’accordéon", déclare Didier Laloy. "J’adore jouer pour des gens qui ne sont pas fidèles à l’instrument, dont je ne suis pas fan à la base", ajoute Tuur Florizoone.

En décembre dernier, Tuur et Didier ont entamé la préparation de ce spectacle. "Nous nous sommes fixé trois répétitions et chacun a amené deux compositions personnelles, parfois développées, parfois juste à l’état d’idée, de sentiment, de nuage. Comme Didier ne sait pas lire la musique, on ne s’est pas basés sur des partitions afin de partir sur la même base. Je m’adapte à ce qu’il peut faire mais cela ne me pose aucun problème car j’ai beaucoup joué avec des musiciens qui ne lisent pas une note. Savoir lire et écrire la musique ne fait pas de vous un meilleur musicien", précise l’accordéoniste flamand.

Le 24 mai, le duo proposera neuf nouvelles compositions et quelques reprises de leur répertoire respectif. "Nous ne voulions pas d’un concert de reprises, genre Brel à l’accordéon. Notre musique sera directe et accessible, au carrefour de nos deux univers, rythmée, groove, avec des odeurs françaises, brésiliennes et d’Europe de l’Est." Sur scène, ils seront rejoints par le batteur Jens Bouttery et le contrebassiste Sam Gerstmans.

Le duo prolongera son expérience commune avec un enregistrement studio de ces morceaux inédits (la sortie du disque est prévue en novembre, sur le label de Tuur "Aventura Musica") et une série de concerts en Belgique, de novembre à février.

"A travers sons : accords d’accordéons", à la salle philharmonique de Liège le 24 mai à 20h. De 16 à 26 € (gratuit pour les moins de 16 ans). Infos & rés. : www.opl.be