UN HOMME QUI AVAIT OUBLIÉ deux oeuvres d'art, dont une lithographie de Picasso, dans le métro new-yorkais, les a retrouvées lundi, remises par un bon Samaritain qui a reçu mille dollars pour sa peine. Le cauchemar de William Bailey, un encadreur de 63 ans, avait commencé jeudi quand il est monté dans une rame de métro et s'est rendu compte qu'il venait de laisser son carton à dessins adossé à un poteau sur le quai.

Avec la lithographie de Pablo Picasso se trouvait également une étude de Sophie Matisse, l'arrière petite-fille du peintre français, inspirée du «Guernica» de Picasso. Bailey est immédiatement sorti à la station suivante, s'est précipité dans un taxi pour revenir sur ses pas, mais quand il est descendu sur le quai, le carton avait disparu. Il s'est ensuite rendu dans l'église la plus proche, où il a fondu en larmes. «Je n'ai jamais ressenti une telle panique», a-t-il expliqué.

Les oeuvres appartiennent à deux clients de l'encadreur. Le Picasso n'a pas été évalué, mais représente au moins une grande valeur sentimentale pour sa propriétaire, à qui il avait été offert comme cadeau de mariage. Le Sophie Matisse avait récemment été vendu pour 6500 dollars.

Après avoir séché ses larmes, l'encadreur étourdi s'est empressé d'afficher des annonces dans le métro, promettant une récompense. L'histoire a ensuite été relayée par la presse locale, permettant d'alerter un vendeur à la sauvette de livres dans la rue. Ce dernier avait reçu le carton à dessins des mains de deux hommes qui sortaient du métro. Il a appelé M.Bailey, dont les coordonnées se trouvaient dans le carton à dessins, et lui a remis son bien lundi à un coin de rue.

© La Libre Belgique 2003